'Si vous ne partez pas, vous êtes sûr de ne pas y arriver'
(Emerson)








Diplômes universitairesphoto par Frank Desgagnés, photographe

  •  1958-1966 :
  • Baccalauréat ès Arts
    Université de Montréal
  •  1967-1968 :
  • Brevet "A" d'enseignement
    Université du Québec à Montréal
  •  1971-1973 :
  • Certificat d'Animation
    Université de Montréal
  •  1977-1981 :
  • Maîtrise en Psychologie des Relations Humaines
    Université de Sherbrooke

Formation continue

2012 à 2017-01-13

2017

« L’infidélité dans le couple » prévue en mars 2017 donné aussi par François St-Père, 6 heures.

N.B. Ceci complétera la formation continue d’un minimum de 90 heures exigée par L’Ordre pour le renouvellement du Permis, entre 2012 et 2017.

2016

« Approche intégrative en thérapie conjugale » (ICI) session de trois jours (printemps) donné par André Surprenant, psychologue. 18 heures.

« Thérapie de l’Impact » donné dans le cadre du Congrès annuel de l’Ordre des Psychologues du Québec, 6 heures.

2015

« Le burn-out amoureux » donné au centre St-Pierre par François Saint-Père, psychologue pour 6 heures.

« Présence à soi en psychothérapie » (Offert à l’Ordre des Psychologues du Québec), Québec, novembre 2015 pour 6 heures.
- Données par Louise Caouette de Québec



2005-2010 : Thérapie narrative et Approche orientée vers les solutions.

L’approche narrative, initié en Nouvelle-Zélande et en Australie, il y a plus de vingt ans par Michael White et Dennis Epston, s’est largement développée depuis. Elle s’inscrit dans les approches post-modernes constructivistes, selon la croyance que l’être humain cherche à se développer à travers son monde subjectif et, de ce fait, crée entièrement sa « réalité ».

Au cœur donc de cette perspective, l’être humain est un « fabriquant de sens ». Au cours de sa vie, il interprète les événements qu’il rencontre, il les organise et il construit des « histoires » pour donner du sens à ces événements et, de façon plus générale, à sa vie. Ainsi, les problèmes que la personne apporte en thérapie sont envisagés comme une histoire négative – toujours la même chose- et insatisfaisante dans la personne se trouve emprisonnée. D’autres histoires ou narrations pourraient exister à partir des mêmes événements, mais la personne ne le voit pas, ni ne le croit (même si elle espère que cela change, voilà pourquoi elle consulte au fond d’elle-même). Le rôle de l’intervenant consiste donc à l’accompagner pour lui permettre de « réécrire une histoire » plus satisfaisante, plus nourrissante et plus vaste, en puisant justement à même de ces histoires alternatives.

-Inspiré de la présentation générale du programme de formation en thérapie narrative, André Grégoire, psychologue, du Centre de Psychothérapie stratégique.

L’approche orientée vers les solutions met l’accent sur le pouvoir qu’a l’individu de changer ce qu’il peut changer en utilisant ses ressources personnelles, interpersonnelles, et de créativité. On cherche à construire autrement le futur où le rôle de l’intervenant est d’amplifier le changement et non de « creuser » le problème. Il est parfois étonnant de sortir d’une impasse en voyant la situation d’un angle encore inconnu qui remet de l’espoir. L’approche préfère mettre l’accent sur les forces de la personne que de se centrer sur ce qui ne marche pas.


Formation de base en Gestalt-thérapie

Formation clinique de trois ans au Centre d'Intervention Gestaltiste de Montréal : les principaux concepts gestaltistes, les troubles anxieux, les troubles dépressifs, les troubles de la personnalité et les interventions appropriées. Distinctions entre le court, le moyen et le long terme dans le processus thérapeutique: diagnostics, plans de traitement, pronostics et recommandations. (1986-1989)


Formations complémentaires

2005

Participation (15 heures) à une session d'écriture durant un week-end de mai 2005 au Centre Tavibois en Mauricie avec Marité Villeneuve sur le thème "Ces espaces qui nous habitent". Participants de Trois-Rivières, de Québec et de Montréal.

2004

Participation à un atelier de deux jours avec Denis Epston, créateur de la Narrative Therapy, d'Australie, en novembre 2004.

Participation à une fin de semaine en écriture avec le groupe déjà nommé, encore avec Madame Villeneuve, sur le thème «&nsp;Nos multiples floraisons&nsp;», en Mauricie, pour une quinzaine d’heures. Je participerai aussi à une journée le 29 mai à Joliette. J‘ai l’intention d’aller à un autre atelier à l’automne et de participer au Colloque de l’Aqg en octobre prochain.

J’ai assisté à un souper-causerie sur «&nsp;L’utilisation des rêves en gestalt-thérapie&nsp;», donné par un stagiaire français formé chez Gilles Delisle, au Centre d’Intervention Gestaltiste de Montréal.

2003

Journée d’écriture avec les groupes de Gestaltistes les 18 janvier, 5 avril et 10 mai, soit 21 heures.

Deux ateliers d’écriture en intensif, le premier sur le thème « S’habiter » et le second « Pourquoi j’écris » au Centre Tavibois en Mauricie, les 30-31 mai et 1er juin et les 7-8-9-novembre. Il s’agissait ici d’une quinzaine de participants, sous la direction de Marité Villeneuve et qui venaient de Montréal, Québec et Trois-Rivières, lieux où elle anime des groupes. En tout, une trentaine d’heures d’écriture.

Participation à une session de fin de semaine donnée par Monsieur André Grégoire, psychologue du Centre de Psychothérapie stratégique » sur « L’approche narrative ». La session a duré quatorze heures. Il est sûr que depuis quelques années j’ai ajouté cet outil dans ma pratique professionnelle, cette approche mettant l’accent sur le présent pour reconstruire le futur différemment.

2002

Participation à des ateliers d’écriture donnés par Marité Villeneuve, M.Ps. en Psychologie et Formatrice en Création littéraire à l’université Laval.

  1. Journées de 7 heures d’écriture en groupe : les 26 janvier, 2 mars, 6 avril, 25 mai et le 26 septembre 2002 soit 35 heures. Il s’agit d’écriture à partir de thèmes planifiés et choisis par le groupe, dont voici quelques exemples : le vieillissement, l’érotisme, l’enfance, la créativité. Le groupe était formé de 10 personnes, toutes thérapeutes et psychologues, dont la très grande majorité est formée en Gestalt-thérapie.

  2. Une fin de semaine d’écriture à Louiseville, sur le thème « Ces îles en nous ». Dates : les 23-24-25 août. Il s’agit ici d’un intensif de 16 heures, en résidence. Des temps d’écriture, d’échange, de commentaires, de croissance personnelle, en tant que personne et, conséquemment comme professionnel. Ce travail se situe dans la lignée des travaux des australiens Michael White et David Epson qui mettent en lumière « la création verbale » du client comme porteuse d’une histoire qui s’écrit et que l’on peut aider à transformer de façon plus originale et transformative.

Participation à une session avec Madame Josée Lamarre, responsable du Centre de Psychothérapie stratégique de Montréal. Le thème était « Les stratégies d’intervention II » Les dates étaient : 12-13-14 décembre. Quatorze heures d’atelier à la suite d’un atelier que j’avais suivi en mars 2001 dans ce même Centre.

En 2002, animation durant trois fins de semaine, soit 45 heures, sur le thème des « Principes et Interventions Gestaltistes », au « Centre Lyne Meilleur », de La Prairie. Dates : les 8-9, 21-22 novembre et 7-8 décembre.

Seize heures de thérapie conjugale avec Madame Janine Corbeil, avec ma conjointe. Ces rencontres, échelonnées entre janvier et septembre, faisaient suite à une session de week-end de couple animée par Madame Corbeil et Monsieur Joseph Zinker de Cape Code, USA, un éminent gestaltiste américain.

Participation au lancement de la Revue Québécoise de Gestalt le 3 mai dans laquelle j’ai écrit un article issu des ateliers d’écriture. Deux de mes articles et textes sont parus dans le bulletin de liaison « Émergence »de l’Association Québécoise de Gestalt, dont je suis membre actif depuis plus de 13 ans.

1990-2001

Formation de deux ans au Centre de Psychothérapie Stratégique. Approche orientée vers les solutions selon la méthode de Bill O'Hanlon, Gregory Bateson et Steve de Shazer.

Stage en thérapie de couple. 15 heures avec Joseph Zinker Ph.D. du Cleveland Gestalt Center et Janine Corbeil, Montréal. (Février 2001)

Journée de formation avec Mme Sue Johnson Ph.D. sur "La relation de couple et l'Emotional Focused Therapy (EFT)". 6 heures dans le cadre d'une formation continue de l'Ordre des Psychologues du Québec. Session d'une semaine avec Mme Johnson en juin 2001 à l'Université d'Ottawa. (Octobre 2000)

Session de formation sur la thérapie de couple. 15 heures avec Sophie Slade Ph.D., avec l'Imago à Montréal. (Avril 2000)

Participation à un groupe de création littéraire Gestalt avec M. Villeneuve. (Janvier 2000)

20 heures. Entraînement intensif en "Eye Movement Desensitization and Reprocessing", donné par Dr. Salomon, parrainé par Dr. Judith Black, responsable du PAE de la Gendarmerie Royale du Canada, Montréal. (Avril 1999)

Participation à deux ateliers d'une journée, offerts par Mme Manon Houle Ph.D. sur "Le traitement de la douleur chronique", à l'intention de psychologues. (Novembre 1999)

Participation à un atelier donné par Mme Francine Boucher, psychologue, sur "L'utilisation des approches à court terme", offert dans le cadre de la formation continue de l'Ordre des Psychologues du Québec", Montréal. (Juin 1998)

Stage intensif de 40 heures sur "L'entraînement à la supervision" avec le modèle de la théorie du Self révisé, au Hameau de l'Étoile, près de Montpellier, dans le Gard en France. (Été 1998)

Séminaire clinique donné au Centre d'Intervention Gestaltiste, par le directeur Gilles Delisle, sur "Les Relations d'Objet dans le courant britannique et la gestalt- thérapie". J'ai fait une présentation théorique sur Winnicott, Sullivan et Fairbairn. Supervision de nos entrevues enregistrées. (1995-1997)

2 jours de stage intensif avec Miriam et Irving Polster Ph.D., directeur du San Diego Gestalt Institute, sur la psychothérapie gestaltiste. (Avril 1995)

Publication d'un cas clinique dans un volume "La Gestalt-thérapie et les Relations d'Objet", où plusieurs praticiens mettaient à profit l'utilisation d'un modèle révisé de la théorie du Self de Perls- Goodman. Paru en mars 1998 aux Éditions Le Reflet, Montréal.

Participation à quatre stages internationaux francophones organisés par l'École Parisienne de Gestalt. Ce sont des stages d'une semaine chacun durant les étés. Supervision clinique sur les troubles de personnalités et le DSM-IV. (1991-1994)

Supervision en groupe avec Gilles Delisle Ph.D. à raison de six heures par mois, pour un total de 180 heures. (1990-1993)







          © 2005-2008 Norbert Fournier. Tous droits réservés
conception :: BJP Communication